// Loads the Linker plugin ga('require', 'linker'); // Instructs the Linker plugin to automatically add linker parameters // to all links and forms pointing to the domain "destination.com". ga('linker:autoLink', ['https://cliniqueaurora.janeapp.com/'], false, true);
 

Le rôle de l’exercice dans la récupération suite à une commotion cérébrale

Dernière mise à jour : 28 mars


Si vous avez subi une commotion cérébrale (aussi appelée traumatisme cranio-cérébral léger) dernièrement, il est fort possible qu’on vous ait recommandé le repos complet pendant plusieurs jours. Cependant ce conseil, si bien intentionné qu’il soit, est lié à une récupération beaucoup plus lente. Suivant une commotion cérébrale, il est maintenant recommandé de ne prendre que de 24 à 48 heures de repos puis de reprendre les activités le plus tôt possible.


DES ÉTUDES LE DÉMONTRENT


Le domaine des commotions cérébrales est beaucoup étudié mais encore incomplètement compris. Les connaissances évoluent rapidement et, à moins de n’avoir été formé spécialement dans le traitement des commotions cérébrales, il est possible que le professionnel de la santé que vous avez consulté vous ait donné des conseils basés sur des informations qui ne sont plus à jour. Beaucoup de recherches sur les commotions cérébrales ces dernières années ont changé notre façon de voir et de traiter les commotions.


D’abord, le facteur le plus déterminant dans la récupération rapide et complète suite à une commotion cérébrale est la prise en charge rapide. La prise en charge dans les 3 à 7 jours suivant l’incident est un facteur déterminant pour la réduction du temps de récupération. Lorsqu’on parle de prise en charge, on ne parle pas simplement d’une rencontre médicale d’évaluation ou de diagnostic, mais bien du début des soins liés à la commotion. Sans avoir reçu une évaluation adéquate et les recommandations adaptées à leur condition, les personnes ayant souffert d’une commotion cérébrale pourraient s’engager dans des comportements contre-productifs comme le repos strict (qui est trop souvent la première recommandation qui est donnée) ou l’activité physique excessive.*


L’exercice n’est pas seulement sécuritaire, mais peut également réduire le temps de récupération. Si vous avez des symptômes persistants de commotion, l’exercice peut également vous aider à diminuer ou éliminer ces symptômes, que vous soyez encore en phase aiguë ou que vous ayez des symptômes persistants depuis plusieurs semaines.


L’EXERCICE, MAIS PAS N’IMPORTE COMMENT


L'exercice physique, lorsque bien encadré, est tout à fait sécuritaire et même bénéfique pour la récupération après une commotion cérébrale. Malheureusement, on recommande encore trop souvent le repos complet suite à une commotion, ce qui a pour effet de prolonger la récupération et de retarder le retour aux activités.


Cependant, il ne faut pas se lancer dans n’importe quelle activité ni de n’importe quelle façon. Il faut privilégier une activité physique aérobique (Un exercice effectué pendant longtemps, qui augmente la fréquence cardiaque et améliore la circulation sanguine vers le cœur et les muscles) et il faut la pratiquer à une intensité adaptée à votre situation personnelle. La meilleure façon de découvrir quelle intensité d’activité est indiquée pour vous est de passer le Buffalo Concussion Treadmill Test. Il s’agit d’un test sur tapis roulant pendant lequel l’inclinaison est augmentée jusqu’à ce que les symptômes de commotions soient reproduits. Un physiothérapeute dûment qualifié dans le traitement des commotions cérébrales pourra vous administrer ce test.


Une autre façon de calculer l’intensité de l’exercice que vous devez maintenir est de calculer votre fréquence cardiaque maximale selon votre âge (220 - âge) et de commencer à 50% de cette valeur. Faites une séance d’exercice de 20 minutes (ajoutez une période d’échauffement et de repos graduel) en visant à maintenir votre fréquence cardiaque le plus près possible de la valeur calculée. Si vous ne ressentez aucun symptôme, augmentez votre fréquence cardiaque cible de 5% (vous serez alors à 55% de votre rythme cardiaque maximal pour votre âge) le lendemain. Si vous ressentez des symptômes légers, continuez au même niveau le jour suivant. Continuez ainsi jusqu’à ce que vous atteigniez 80% de votre valeur maximale. Vous serez alors prêt pour reprendre vos activités régulières.


NE TARDEZ PAS À CONSULTER


Comme nous l’avons mentionné dans cet article, il est important de consulter un professionnel de la santé dûment formé dans le traitement des commotions cérébrales le plus tôt possible après l’accident afin de maximiser vos chances d’une récupération complète rapide. Même si vos symptômes persistent depuis plus d’un mois, une prise en charge adéquate vous permettra de diminuer et d’éventuellement éliminer vos symptômes persistants suite à votre commotion cérébrale.


Chez Aurora médecine chinoise, notre acupuncteur Stéphane Pépin est dûment formé dans la gestion et le traitement des commotions cérébrales. Contactez-nous pour prendre rendez-vous ou en apprendre davantage sur ce que l’acupuncture et la médecine chinoise peuvent faire pour vous.




 
  • Kontos et al. Association of Time Since Injury to the First Clinic Visit With Recovery Following Concussion. JAMA Neurology, 2020.

  • D’autres études ont des conclusions qui vont dans le même sens : Martinez et al., 2020 (Arch Physiotherapy), Eagle et al. 2020 (J Neurosurg Pediatrics), Pratile et al., 2020, CCMI.